• La Turquie fixe une ligne rouge à la stratégie étatsunienne contre l’État islamique -
    par M. K. Bhadrakumar.
    Traduit par Daniel pour vineyardsaker.fr
    Turkey draws red line on US’ ISIL strategy, Indian Punchline, 13-09-2014 http://blogs.rediff.com/mkbhadrakumar/2014/09/13/turkey-draws-red-line-on-us-isil-strategy
    http://www.vineyardsaker.fr/2014/09/17/turquie-fixe-ligne-rouge-strategie-etatsunienne-contre-letat-islamique

    (...) Mais le véritable enjeu se trouve ailleurs. Il s’agit de savoir si Ankara a confiance en l’efficacité de la stratégie du président Barack Obama, qui est accueillie avec incrédulité même dans l’opinion publique étatsunienne (comme Jim Lobe le souligne dans l’article indiqué en note [2]), mais surtout de savoir ce que la Turquie peut en tirer.

    Les diplomates turcs et les pachas sont assez malins pour voir que leur rôle au sein de la « coalition des volontaires » sera totalement différent de celui de l’Arabie saoudite, du Qatar ou du Bahreïn. Il se trouve que s’il y a un pays du Moyen-Orient qui est susceptible aujourd’hui d’assumer un rôle de combat en Irak et (ou) en Syrie, c’est bien la Turquie. Puis, si la stratégie d’Obama exige essentiellement la présence de troupes sur le terrain, comme la plupart des analystes le prévoient, ce devrait être des troupes turques.

    Il est tout simplement inconcevable que les puissances européennes (même les « nouveaux Européens ») ou les États-Unis assument un rôle de combat. Ce n’est pas non plus dans les gènes de l’Arabie saoudite, du Qatar et consorts, de s’engager dans des batailles de rue. C’est donc à la Turquie qu’il incombe d’agir, une Turquie qui se voit mal tenir ce rôle, l’histoire ottomane étant encore trop présente dans la conscience collective de la région.

    D’ailleurs, la Turquie a assez de jugement pour savoir que nous n’en sommes qu’aux premiers jours. Obama est toujours ouvert à des idées étranges. Quand il dit que le gouvernement syrien est un paria dans la lutte contre l’EI, qu’est-ce qui prouve que c’est définitif ? Ankara sait plus que quiconque que la soi-disant Armée syrienne libre n’est qu’une fumisterie.

    Rappelons aussi la carte kurde, toujours imprévisible. La Turquie aimerait voir comment les États-Unis vont jouer cette carte, qui concerne ses intérêts fondamentaux. À cela s’ajoute la Syrie, l’Irak et l’Iran, trois pays « rivaux » de la Turquie, d’une façon ou d’une autre, sur l’échiquier politique régional. Soit dit en passant, la Turquie possède aussi une population assez importante d’Alevis (la secte qui constitue le pilier du régime syrien). (...)

    #EIIL #ISIS


  • NATO dressing up, raring to go
    – Indian Punchline - By M K Bhadrakumar – September 2, 2014
    http://blogs.rediff.com/mkbhadrakumar/2014/09/02/nato-dressing-up-raring-to-go

    The summit of the North Atlantic Treaty Organization [NATO] in Wales, Britain, on Thursday promises to be an exciting event for the alliance. A tortuous journey that began over 23 years ago is about to end. It was on February 25, 1991 that the foreign and defence ministers of the erstwhile Warsaw Pact met in Hungary and declared that the military alliance was disbanded. Ever since then, NATO has been a tormented soul. That existential angst over its identity in a brave new world without an adversary is getting over.

    The LA Times reports that the crisis in Ukraine has solved the NATO’s ‘identity crisis’. Afghanistan has been tossed around up until lately as the leitmotif of the summit in Wales, but that was never a smart thing to do in the first instance, since there is no clarity still as to the political transition in that country and NATO’s future role in the Hindu Kush may well be in jeopardy.

    Then, there is the islamic State of Iraq and the Levant. But then, the ISIL is a riddle wrapped up in a mystery inside an enigma and the US thinks that the coalition of the willing that it is assembling is best drawn from the Muslim world with a couple of Anglo-Saxon countries thrown in. The Obama administration is not contemplating a role for NATO in the hunt for Abu Bakr al-Baghdadi. Of course, things may change overnight if King Abdullah’s prophecy comes true, but then, it can happen not before a month or two lapses after the NATO’s summit concludes in Wales.

    Indeed, there is always Libya where oil mixes with democracy, Islam and terrorism, but then, that is a huge embarrassment for NATO. Operation Dawn, launched by the Libyan jihadists, has met with stunning success as Tripoli has fallen into their hands just a week before the summit in Wales. But NATO has no desire to go back to the war front. Some things are best forgotten in life.

    So, it is Ukraine, the great metaphor for Vladimir Putin’s Russia, which is going to be the core agenda for what the alliance’ secretary-general Anders Fogh Rasmussen has called “a crucial summit in NATO’s history”. He disclosed at the customary pre-summit media briefing at NATO Hqs in Brussels on Monday how Russia’s emergence as the alliance’s adversary galvanizes the alliance, gives it a raison d’etre, enables it to acquire new robes and, most important, persuades its cash-strapped members to loosen purse strings and indulge in spending for ‘collective security’.

    #Euro-Atlantisme, #Irak, #ISIL, #Libye, #OTAN


  • Indian Punchline - Reflections on foreign affairs
    http://blogs.rediff.com/mkbhadrakumar

    he invitation extended to attend the swearing-in ceremony of the newly elected Egyptian president Abdel Fattah Al-Sisi in Cairo on Sunday didn’t exactly come out of the blue. Tehran got five days to mull over the invitation and it decided to depute Deputy Foreign Minister Hossein Amir Abdollahian, FO’s topmost diplomat on Arab affairs, to represent President Hassan Rouhani who was on a visit to Turkey. It’s been a measured response in diplomatic terms — appropriate but not effusive,
    (...)
    However, the highlight of Amir Abdollahian’s stay in Cairo was his meeting with the Saudi Crown Prince Salman bin Abdulaziz al-Saud. He later said the meeting was “constructive”. [ here : http://english.farsnews.com/print.aspx?nn=13930320001433].
    The meeting is a diplomatic scoop for Tehran.
    Riyadh has been flooding Tehran with invitations to senior Iranian officials to visit Saudi Arabia (including Foreign Minister Mohammad Zarif and Expediency Council chairman Hashemi Rafsanjani), but no visit has been worked out so far. Meanwhile, Tehran has been focusing on building up its ties with Saudi Arabia’s GCC partners as well as Turkey and Egypt.
    What does this rapid flow of events add up to? Clearly, in a nutshell, Middle Eastern politics is entering an altogether new era with Iran’s integration with the West. In sum, intra-regional politics has surged to the centre stage.
    There was a time when the US ensured that Egypt and Iran didn’t draw close together. From all appearance, the US’ influence has waned on the Nile banks. On the other hand, US diplomacy may be acquiring greater flexibility.
    The US’ bilateral talks with Iran this week in Geneva have reverberated all over the Middle East, including in Cairo. Meanwhile, the ‘Obama Doctrine’ is also at work. Nothing brings this out more vividly than that the Obama administration is quietly fostering a Saudi-Iranian normalization.
    With a successful visit by Rouhani to Ankara and the warming up of Iran-Egypt ties, it is about time Tehran gets around to mending relations with Riyadh. Conceivably, Amir Abdollahian’s meeting in Cairo with the Saudi Crown Prince aimed at preparing the ground for a pathbreaking visit by a senior Iranian official to Riyadh. To my mind, the Iranian-Saudi ‘thaw’ is on the cards, finally. The Middle Eastern politics is tiptoeing toward a paradigm shift.

    By M K Bhadrakumar – June 12, 2014


  • Israël et Moyen-Orient: Revue des Médias français et israéliens- 7 Mai 2014 | Nosnondits
    http://nosnondits.wordpress.com/2014/05/07/israel-et-moyen-orient-revue-des-medias-francais-et-israeliens

    Israël s’inquiète de la teneur de l’accord négocié avec l’Iran. A l’occasion de la visite en Israël de la conseillère à la sécurité nationale, Susan Rice, les responsables israéliens commencent à faire connaître leur scepticisme.Selon les médias israéliens, la transaction en cours, visant à mettre fin à la crise nucléaire, pourrait ne pas satisfaire les préoccupations d’Israël en matière de sécurité. Les Israéliens craignent en effet qu’un programme de recherche et de développement durable permette à moyen terme, à l’Iran, d’avancer rapidement bien au-delà d’un programme nucléaire pacifique.
    (...) Seul le dossier nucléaire sera abordé entre les deux parties a tenu à préciser la Maison Blanche. La sous-secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères Wendy Sherman, et négociatrice en chef du président Barack Obama dans les négociations avec l’Iran, partira directement d’Israël pour Vienne.

    Vers un accord final avec l’Iran ? Selon les médias israéliens, les négociations entre l’Iran et la communauté internationale semblent proches d’un accord final. Cet accord global lèverait toutes les sanctions internationales contre l’Iran et autoriseraient la République islamique à poursuivre ses activités d’enrichissement d’uranium sur son sol.

    Israël s’inquiète de la teneur de l’accord négocié avec l’Iran. Les responsables israéliens commencent à faire connaître leur scepticisme. Selon les médias israéliens, la transaction en cours, visant à mettre fin à la crise nucléaire, pourrait ne pas satisfaire les préoccupations d’Israël en matière de sécurité. Les Israéliens craignent en effet qu’un programme de recherche et de développement durable permettent à moyen terme, à l’Iran, d’avancer rapidement bien au-delà d’un programme nucléaire pacifique.

    (...)

    Israël accusé d’espionnage par les USA. Les médias israéliens rendent compte d’un article paru dans Newsweek selon lequel des espions israéliens "franchiraient toutes les lignes rouges de l’espionnage entre pays amis".

    Selon le témoignage anonyme d’un haut responsable de la CIA lors d’une réunion à huit clos d’une commission du Congrès, Israël se prêterait à toutes formes d’espionnage aux USA, commercial et technologique entre autres.

    Cette réunion secrète dont les propos sont néanmoins parvenus jusqu’à la presse se tenait à l’occasion d’une réflexion entre les ministères des Affaires étrangères américain et israélien, afin d’abolir la nécessité d’obtenir un visa pour les citoyens israéliens se rendant aux USA. La CIA s’est prononcée contre cette initiative afin de pouvoir plus facilement obtenir la traçabilité des Israéliens se rendant aux USA.

    Liberman : ces accusations d’espionnage sont "fausses" et « malveillantes ». Le ministre des Affaires étrangères israélien A. Lieberman estime que ces allégations cherchent à nuire aux relations entre les USA et Israël. Il n’y a « aucun fondement » à ces accusations.

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    Iran talks nearing bridge not too far
    By M K Bhadrakumar – May 8, 2014
    http://blogs.rediff.com/mkbhadrakumar/2014/05/08/iran-talks-nearing-bridge-not-too-far

    Tactically, of course, the focus on the Iran issue (and a bit of acrimony in the US-Israel discourse) would suit Israel just fine politically insofar as it takes the eyes off the debris resulting from the collapse of the Palestine talks. But at a more fundamental level, Netanyahu has to come to terms with the reality that Iran’s ‘new diplomacy’ has brilliantly worked to isolate Israel.
    There has been unprecedented level of interest on the part of western oil companies to attend Iran’s oil and gas fair this year in Tehran. The proposition that Iran “might become a natural gas supplier to Europe as a more secure source than Russian gas” (here) is gaining traction. Which, of course, acts as a spur on the EU mind to work toward hastening the lifting of sanctions on Iran, which is possible by concluding a nuclear deal.


  • 2 articles de M K Bhadrakumar aujourd’hui :

    Indian Punchline - Reflections on foreign affairs
    http://blogs.rediff.com/mkbhadrakumar

    Having said that, the GT also coolly rationalizes the ‘co-relation of forces’ and underscores that the stakes are high for China, and, therefore, it will be prudent strategy for China to encourage Russia to stand up to the West.
    In sum, Chinese propaganda will be sympathetic to Russia, while Beijing’s diplomacy will steer a middle path keeping in view China’s relations with both Russia and the US. Clearly, China is conscious that it will be the winner in any confrontation between Russia and the West. (See my article in today’s Deccan Herald, Implausible reality.)

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    Implausible reality
    By M K Bhadrakumar, March 5, 2014
    http://www.deccanherald.com/content/389808/implausible-reality.html

    He all but admitted Washington’s realisation that the weakening of the US’ transatlantic leadership through the last decade or so, coupled with the administration’s plan to roll back military spending and shrink armed forces, steadily undercut the US’ capacity to lead from the front in global politics. Suffice to say, the US is rediscovering the core value of the North Atlantic Treaty Organization (Nato) and this is being put to test in Ukraine.

    The US hopes to rally the world to push back resurgent Russia, whereas the approach so far has been to selectively engage Russia on areas of vital American interests and to use Moscow’s considerable leverage to help solve world problems. The Ukraine problem at its core is related to Moscow’s attempt to integrate the former Soviet republics under the Eurasian Union. The Eurasian Union challenges the US’ project to present the Nato as the provider of security for Central Asia.

    From the Russian perspective, on the other hand, NATO’s expansion and the deployment of the US missile defence system on its border regions would transform the global strategic balance in Washington’s favour and divest Moscow of its nuclear deterrence capabilities.

    Impact on India

    India may face negative fallouts of these big-power rivalries that can be expected to erupt in Central Asia, especially if the US reverts to its Cold War strategy to use the ‘jihad’ as instrument of policy to overthrow the pro-Russian regimes in that region. The recent visit by the Saudi Crown Prince Salman bin Al-Saud to Pakistan and the forthcoming visit by Obama to Saudi Arabia suggest that new templates are appearing in regional politics.

    Clearly, the US sees the military bases in Afghanistan as invaluable strategic assets to project power into Central Asia. On the other hand, the open-ended western occupation of Afghanistan will fuel the ‘jihadi’ elements, and the implications are serious for regional security. Syria is a telling example of the danger of the ascendancy of extremists. Any rupture in the US-Russia cooperation will only complicate further the situation in Syria and make it more difficult to find a political solution.


  • le billet du jour de M K Bhadrakumar – March 4, 2014

    Indian Punchline - Reflections on foreign affairs
    http://blogs.rediff.com/mkbhadrakumar

    However, what hits the Obama administration most is that the European Union will be extremely chary of any US move to impose sanctions against Russia. On the face of it, half of Russia’s trade is with the EU and any sanctions by the latter would have crippling effect on Russia. But the devil lies in the fine print, as always.
    The point is, Germany accounts for one-third of the EU’s exports to Russia, the Baltic states and several countries in Central Europe depend on Russia to meet 100 percent of their needs for natural gas, and the EU trade sanctions are decided unanimously. See the excellent blog, here, on the issues involved.
    No wonder, the G7 statement condemning Russia’s moves in Crimea altogether steers clear of the sanctions route. Interestingly, at his press conference today, Putin mentioned that confidential exchanges are going on between Moscow and the western capitals.
    Take Japan’s predicament. Although Japan has heeded the US demarche and signed up on the G7 statement, it cannot be very pleased with the prospect of freezing relations with Russia just when things are looking up and a full-fledged strategic dialogue has commenced between Tokyo and Moscow. Prime Minister Shinzo Abe has already made amends.
    Tokyo has signaled that the planned visit by the Japanese foreign minister to Moscow is still on course. Putin is also expected to visit Japan later this year. For Japan, normalization of relations with Russia and the conclusion of a peace treaty settling the dispute over the Kurile islands is a top foreign-policy priority, given the rising tensions in relations with China.
    Equally, beneath the placid surface of the US-Japan relations, there are undercurrents, the latest evidence being Washington’s insistence that Japan returned to the US over 300 kilograms of weapons-grade plutonium.
    Japan’s former defence minister and national security advisor Yuriko Koike wrote an insightful analysis recently on the strains that have appeared lately in the US-Japan relationship. Evidently, getting Japan on board any US-led initiative to ‘isolate’ Russia is not going to be easy. Tokyo will factor in that Beijing has taken a stance broadly supportive of Russia in the Ukraine crisis.


  • US forces China to speak up on Syria - Indian Punchline
    http://blogs.rediff.com/mkbhadrakumar/2013/09/20/us-forces-china-to-speak-up-on-syria
    by M K Bhadrakumar – September 20, 2013

    So far, Washington has been discreetly sidestepping China and training the artillery fire on Russia over Syria. But on Thursday, Kerry took the gloves off — “we do have differences between our nations and have disagreed sharply over how the international community should respond to the Syrian regime’s use of chemical weapons. With negotiations ongoing at the Security Council, we look forward to China playing a positive, constructive, important role.” {Emphasis added.]

    That’s pretty strong wording. But when his turn came, Wang calmly responded, “The Chinese side will continue to play its positive and constructive role in that direction.” That is, the Chinese stance will run consistently on the track on which it has run so far.
    It seems the Obama administration’s lingering hope that China would “defect” and leave Russia high and dry turned out to be wishful thinking. At any rate, Kerry came out of the talks with Wang to read out to the media a hard-hitting statement on Syria.

    He forcefully asserted that the UN inspectors’ report makes it abundantly clear that the Syrian regime used the chemical weapons in the attack on August 21, Kerry then said, “Now the test comes. TheSecurity Council must be prepared to act next week. It is vital for the international community to stand up and speak out in the strongest possible terms about the importance of enforceable action… a binding resolution that codifies the strongest possible mechanism to achieve the goal and to achieve it rapidly. [Emphasis aded.]
    Kerry stopped short of threatening what the US would do if it fails to get a “binding” Security Council resolution. Needless to say, Beijing took careful note.

    Xinhua ran a commentary today with Beijing dateline politely but firmly affirming the Chinese line on Syria and spelling out its differences with the US.
    The commentary suggested that the US “needs to give adequate consideration to China’s concerns.” It picked holes in Kerry’s statement, first, that the UN inspectors have confirmed the chemical weapons attack, but “the perpetrators have yet to be identified.” Interestingly, it corroborated this assertion by quoting the Russian Foreign Minister Sergey Lavrov.

    Second, it pointed out that if any US military strike tips the military balance in favor of the Syrian rebels, they may seize the chemical weapons and they include extremists or even al-Qaeda. That, “surely isn’t in the US national interests and will instead greatly undermine the US credibility.”

    Therefore, the commentary advised Washington that the “common objective” should be the destruction of Syria’s chemical weapons and the efforts towards “an ultimate political solution” to the Syrian conflict, which demands at the moment “shelving differences and accommodating each other’s concerns.” It concluded that “with joint efforts, a short cut might be found towards a political solution to the Syria crisis.”


  • Le discours de Morsi au sommet des non alignés à Téhéran, certains points intéressants oubliés par les médias

    Arab Republic of Egypt - Ministry of Foreign Affairs - Statement Details
    http://www.mfa.gov.eg/English/Minister/Statements/Pages/StatementDetails.aspx?Source=6781921f-3993-444a-859e-ee26ce851de8&newsID=c87

    L’hommage rendu à Nasser pour sa participation à la fondation du mouvement des non alignés

    The early beginnings of the Movement started with a similar active participation by Egypt and its leadership, who truly represented, then, the will of the people. Yes, Nasser was representing the will of the Egyptian people to resist foreign hegemony on emerging nations back then.

    Il fait référence à conférence de Bandoung de 1955, au moment où le pouvoir nassérien écrasait les Frères musulmans

    Un très long développement est consacré à la Palestine et à la nécessaire solidarité avec ce peuple. Morsi réaffirme son appui à la solution de deux Etats

    The issue of Palestine has been at the forefront of NAM’s priorities since the Movement’s inception and will remain as such until a just and comprehensive solution, that preserves the inalienable and legitimate rights of the Palestinian people, is attained, including the establishment of a Palestinian state on the June 4, 1967 borders, with East Jerusalem as its capital.

    Après avoir condamné le régime syrien, il a répété sa volonté de coopérer à une solution, mais sans beaucoup d’enthousiasme semble-t-il. Il n’y a aucune référence négative (ni positive) à l’idée d’une intervention étrangère.

    On its part, Egypt stands ready to cooperate with all relevant parties to stop the bloodshed in Syria and articulate a vision on what a future and free Syrian state would look like. Egypt has proposed an initiative during the recent Extraordinary Summit of the Organization of Islamic Cooperation in Mecca that seeks to coordinate the efforts of the relevant regional parties to end this bloodshed as soon as possible.

    Aucune mention non plus de la question nucléaire en Iran.

    #Syrie #Nasser #Iran #non-alignés

    • M K Bhadrakumar n’a pas manqué la déclaration de Morsi faisant de l’Iran un “partenaire stratégique” (l’Iran nommant l’Égypte un “allié stratégique”), comme point fondamental des échanges entre les deux pays à Téhéran. Il note effectivement l’embarras manifeste des USA devant l’évolution de Morsi, jugé en général par les commentateurs-Système autant qu’-antiSystème de convenance, comme un “pion” des USA, – mais voilà, on est contraint aujourd’hui de tenter de trouver dans l’attitude du “pion” la démarche “la moins pire possible” pour les intérêts US…

      http://www.dedefensa.org/article-le_centre_de_gravit_se_d_place_01_09_2012.html

      This is Iranian diplomacy at its best, showing mastery over the art of the possible. What matters infinitely more than everything else from the Iranian viewpoint is that Tehran and Cairo are sharing a regional platform on Syria. Both are OIC members while Egypt is also a member of the Arab League. The ‘regional consensus’ that the United States and Saudi Arabia struggled so hard to put together has been dispatched to oblivion.

      http://blogs.rediff.com/mkbhadrakumar/2012/08/31/egypt-iran-an-axis-or-bargaining-chip

      Eh oui, les media-pignon-sur-rue oublient tant et plus. Pas sûr que cela se soigne .
      Ce midi sur France-Culture Colombani a invité Bernard-Botul, le passager du char israélien, pour analyser la situation syrienne. Petite satisfaction, je lui ai coupé le sifflet.

    • Un point que je n’avais pas remarqué et que m’a signalé un ami égyptien (je suis au Caire) est la formulation de Morsi au début de son discours

      Peace be upon Prophet Muhammad,
      upon all the Prophets and Messengers of God,
      and upon his companions Abu Bakr, Umar, Uthman and Ali.

      Cette référence aux quatre premiers califes, qui n’était pas nécessaire dans ce cadre, est un signal envoyé au monde sunnite dans la mesure où pour les chiites seul Ali est le successeur légitime du Prophète.


  • [Info-Palestine] - Le Mouvement des Non-Alignés dans l’ombre du Printemps arabe
    par M K Bhadrakumar August 27, 2012
    http://blogs.rediff.com/mkbhadrakumar/2012/08/27/nam-in-the-shadow-of-arab-spring

    traduction française :
    http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=12593

    Le Caire, pour sa part, est en train de faire la moitié du chemin pour répondre à la bonne volonté de l’Iran. Morsi a d’abord répété au sommet de l’OCI (Organisation de la conférence islamique) à Jeddah que l’Égypte aimerait travailler avec l’Arabie saoudite, l’Iran et la Turquie afin de trouver une solution à la crise syrienne. Le Caire en a maintenant étayé l’idée et se propose de la présenter au sommet des Non-Alignés. Téhéran a déjà fait savoir qu’il accueillait favorablement l’idée, tandis que l’Arabie saoudite et la Turquie ont quelque mal à donner leur réponse. La Turquie en particulier, qui défend l’imposition d’une zone d’exclusion aérienne en Syrie, même sans le mandat de l’ONU à l’instar de ce qui s’est fait au début des années quatre-vingt-dix pour l’Iraq de Saddam Hussein.

    Cela montre clairement que la Turquie œuvre pour une intervention occidentale et qu’elle ne sera pas intéressée par la proposition égyptienne, sauf à des fins tactiques. L’entrée (le retour) de l’Égypte au premier plan de la politique arabe/moyen-orientale ne sera pas très appréciée par la Turquie, laquelle a nourri le rêve néo-ottoman de la reconquête d’une position dominante dans le Moyen-Orient musulman (tout en étant le partenaire de confiance de l’Occident). De toute évidence, Morsi a brisé les espoirs du Premier ministre turc, Recep Erdogan, d’être la rock-star de la rue arabe.

    Le meilleur résultat du sommet des Non-Alignés serait de contribuer à mettre en échec tout projet US visant à déclencher une guerre contre l’Iran. En effet, l’Iran va utiliser le sommet pour rallier un soutien maximal à sa position sur la question nucléaire. Tout compte fait, il devient hautement problématique pour les États-Unis d’organiser une attaque contre l’Iran pendant cette période de trois ans où il va assurer la présidence du Mouvement des Non-Alignés. Le meilleur tour que cela pourrait prendre serait que le Président Barack Obama se satisfasse simplement de cette perspective.
    (...)
    A mon avis, quelque détail peu visible laisse entendre que Téhéran a l’intention d’être un président « responsable » du Mouvement des Non-Alignés, pilotant le navire sans théâtralisme ni controverses. Paradoxalement, la présidence du Mouvement des Non-Alignés impose des modérations à l’Iran, qu’on le veuille ou non. De même, l’Iran est pleinement conscient qu’une excellente occasion de montrer sa position dominante à la face du monde est à portée de sa main et qui ne doit pas être gaspillée. Ainsi, Téhéran a invité le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas au sommet des Non-Alignés, mais il a tenu à l’écart le Hamas. Non seulement cela, mais Téhéran a choisi de contredire l’impression qui avait été donnée par les officiels palestiniens de Gaza que c’était la décision de Mohammed Haniyeh de ne pas participer au sommet.


  • Traduction de mon cru d’un article du blog de l’ex-diplomate M.K. Bhadrakumar, ancien ambassadeur indien en Turquie notamment, et journaliste à Asia Times commentant et citant un article du Council on Foreign Relations faisant ouvertement la promotion d’une stratégie d’instrumentalisation d’al-Qaïda en Syrie. Comme le poids du CFR dans la définition de la politique étrangère américaine est notoirement important, on peut y voir clairement l’expression des arrière-pensées d’un partie au moins de l’establishment politique US.

    http://blogs.rediff.com/mkbhadrakumar

    Al-Qaïda pour remplir le vide de Kofi [Annan] en Syrie

    Pour tous ces experts de notre communauté stratégique qui écoutent religieusement les paroles du Council of Foreign Relations à New York comme s’il s’agissait de la Bhagavad Gita, ce doit être un choc terrible – un argumentaire d’un senior fellow du CFR justifie la logique de l’utilisation de combattants salafistes comme un instrument de la politique des États-Unis pour provoquer un « regime change » en Syrie. L’argument fonctionne comme ceci :
    Malgré tous les sujets du roi et tous les chevaux du roi [référence à une comptine anglaise], les rebelles syriens ne sont pas en mesure de l’abattre. Ils sont démoralisés (comme n’importe quelle armée hétéroclite de mercenaires le serait). Donc les combattants d’Al-Qaïda sont nécessaires. "L’afflux des jihadistes apporte la discipline, la ferveur religieuse, l’expérience du combat de l’Irak, le financement de sympathisants sunnites dans le Golfe, et surtout, des résultats en termes de morts."
    "En bref, l’ASL [les rebelles syriens] ont besoin d’Al-Qaïda aujourd’hui". Bien sûr, les combattants d’Al-Qaïda auraient leur propre ordre du jour dans le renversement du régime syrien - la mise en place d’un "quartier général dans la région où les moudjahidines pourraient profiter d’un refuge sécurisé"
    Mais, ne vous inquiétez pas. Parce que, "Le calcul politique tacite entre les décideurs politiques [US] est de se débarrasser d’Assad en premier - affaiblir la position de l’Iran dans la région -. Puis de faire face à Al-Qaïda ensuite."
    C’est compris ? C’est aussi simple que cela. N’était-ce pas l’agenda que Zbigniew Brzezinski avait également épousé - avec la cohorte d’un autre roi d’Arabie saoudite et d’un dictateur militaire pakistanais - pour l’Afghanistan vers 1980 et qui avait été réalisé avec succès ? Les Etats-Unis, l’Arabie saoudite et le Pakistan ayant ainsi obtenu un « regime change » réussi à Kaboul, enfin. Ça n’est qu’un détail mineur qu’Oussama ben Laden et Jalaluddin Haqqani en ait pourvoyé le cadre en acier à cette époque.
    Ce que soutient cet expert du CFR est en fait la politique [réelle] des États-Unis sur la Syrie. Il suffit de lire et méditer la dépêche d’aujourd’hui dans le Washington Post [1] . L’estimation des Etats-Unis est que l’agenda du « regime change » en Syrie est enlisé dans la boue. Le régime syrien est intact [2] .
    Par conséquent, une poussée militaire est nécessaire. Le nom de ce jeu est parvenir à un « atterrissage en douceur » à Damas sans effusion de sang américain - comme Wapo dit. Maintenant que les Etats-Unis et leurs alliés se sont débarrassés de la nuisance de Kofi Annan, le chemin à parcourir est clair. Lire le commentaire du CFR ici :
    http://www.cfr.org/syria/al-qaedas-specter-syria/p28782#

    [1] : http://www.washingtonpost.com/world/middle_east/us-official-says-defection-of-syrian-prime-minister-more-evidence-assad-regime-is-crumbling/2012/08/06/365cafc8-dfcd-11e1-8d48-2b1243f34c85_print.html

    [2] : http://www.csmonitor.com/layout/set/print/content/view/print/555948

    • « faisant ouvertement la promotion d’une stratégie d’instrumentalisation d’al-Qaïda » ne me semble pas aussi évident que ce qu’en dit l’auteur.

      Merci pour la traduction, évidemment, mais à mon avis le billet du CFR, qui n’est pas très long, aurait été plus intéressant que le commentaire du blog.

    • C’est vrai, vous avez raison (pour les deux remarques).
      Le point de vue du type du CFR pourrait n’être effectivement qu’un pis aller qu’il endosse et qu’il prête à certains dirigeants de Washington.
      Reste que ça relativise les inquiétudes exprimées publiquement sur la présence d’al-Qaïda en Syrie par des officiels américains, inquiétudes plus ou moins feintes qui par ailleurs servent paradoxalement de justificatif à un accroissement de l’interventionnisme US dans la crise syrienne.

      http://www.cfr.org/syria/al-qaedas-specter-syria/p28782#
      LE SPECTRE D’Al-QAÏDA EN SYRIE

      Les rebelles syriens seraient infiniment plus faibles aujourd’hui sans al-Qaïda dans leurs rangs. En gros, les bataillons de l’Armée Syrienne Libre (ASL) sont fatigués, divisés, chaotiques et inefficaces. Se sentant abandonnés par l’Occident, les forces rebelles sont de plus en plus démoralisées car ils affrontent l’armement supérieur du régime d’Assad et son armée professionnelle. Les combattants d’al-Qaïda, cependant, peuvent aider à améliorer le moral. L’afflux de jihadistes apporte la discipline, la ferveur religieuse, l’expérience du combat en Irak, le financement de sympathisants sunnites dans le Golfe, et surtout, des résultats en termes de morts. En bref, l’ASL a besoin d’al-Qaïda aujourd’hui.
      En Syrie, les soldats d’al-Qaïda s’intitulent Jabhat al-Nusrah li-Ahli Al-Sham (Front pour la protection du peuple du Levant). La puissance du groupe et son acceptation par l’ASL sont mises en évidence par leur activité croissante sur le terrain [1] - de sept attaques en mars à soixante six "opérations" en juin. En particulier, le Jabhat a aidé à porter le combat dans les deux plus grandes villes : dans la capitale Damas, où 54 pourcents de ses activités ont eu lieu, et à Alep. En effet, al-Qaïda pourrait devenir la force de combat la plus efficace en Syrie, si les défections de l’ASL vers le Jabhat persistent et si les rangs des combattants étrangers (cf Guardian [2]) continuent de gonfler.
      Al-Qaïda ne sacrifie pas ses « martyrs » en Syrie simplement pour renverser Assad. La libération du peuple syrien est un bonus, mais l’objectif principal est de créer un état islamiste sur tout ou partie du pays. A défaut, ils espèrent au moins d’établir une base stratégique pour les restes de l’organisation de l’autre côté de la frontière en Irak, et créer un quartier général dans la région où les moudjahidine pourraient profiter d’un refuge sûr. Si Al-Qaïda continue de jouer un rôle de plus en plus important dans la rébellion, alors un gouvernement post-Assad aura une dette envers les tribus et les régions alliées à au Jabhat. Au cas où ne seraient pas honorées les demandes futures du Jabhat, en supposant qu’Assad chute, cela pourrait mener à une continuation du conflit en Syrie.
      Jusqu’à présent, Washington a semblé réticent à peser lourdement sur cette question. En mai 2012, le secrétaire à la Défense des États-Unis, Leon Panetta, a reconnu publiquement la présence d’Al-Qaïda en Syrie (The Guardian [3]). Et en Juillet, le chef du contre-terrorisme du Département d’Etat, Daniel Benjamin, plutôt incrédule a suggéré que les États-Unis demandent simplement à l’ASL de rejeter Al-Qaïda [4]. Le calcul politique non-dit entre les décideurs politiques est de se débarrasser d’Assad en premier – affaiblissant ainsi la position de l’Iran dans la région - puis de faire face à Al-Qaïda plus tard.
      Mais la planification pour minimiser l’emprise probable d’Al-Qaïda sur les tribus syriennes et les combattants doivent commencer dès maintenant que l’administration Obama élève le niveau de son soutien à des groupes rebelles (Reuters [5]). Bien sûr, ces préparatifs doivent également inclure des efforts pour localiser et contrôler les armes chimiques d’Assad. Les mois à venir ne seront pas faciles.

      [1] : http://www.bbc.co.uk/news/world-middle-east-19091400
      [2] : http://www.guardian.co.uk/world/2012/jul/30/al-qaida-rebels-battle-syria
      [3] : http://www.guardian.co.uk/world/video/2012/may/11/al-qaida-syria-leon-panetta-video
      [4] : http://www.state.gov/j/ct/rls/rm/2012/195898.htm
      [5] : http://www.reuters.com/article/2012/08/02/us-usa-syria-obama-order-idUSBRE8701OK20120802